Chapitre deuxième : la composante discursive et Le carré sémiotique

Plan:
-Du figuratif au thématique.
-Le carré sémiotique.

Du figuratif au thématique :

En appliquant brièvement l’analyse figurative et thématique à notre récit objet d’étude, on pourrait estimer que l’opposition figurative centrale est celle de, prisonnier/geôlier. Ainsi le rôle actantiel (narratif) ‘sujet’ de la performance qui est le prisonnier comporte le parcours figuratif manifesté avec les figures : « argent », « Etat », « legs », « impôts », « caisse d’épargne », « papiers », « chèque », « poste », « lettres »… Ce parcours figuratif assume le rôle thématique du « banquier ».

Un autre rôle thématique s’attache au même rôle actantiel, on parle du « géologue » qui se concrétise avec une série de figures tel que : « marteau », « pioche », « pierres », « Quartz », «  Mica », « Schiste », « calcaire », « cailloux », « Albâtre », « plissements montagneux » …etc. On peut aussi parler d’un autre rôle thématique, celui de « bibliothécaire » figuré grâce au parcours figuratif suivant : « livre »,  « chaise », « table », « bibliothèque », « le conte de Monte  Christo »…

Quant au deuxième pole de l’opposition, le geôlier, il est aussi présent avec beaucoup de rôles thématiques. Le premier est ‘l’assassin’ qui est apparu grâce à des figures comme : « fusil », « pistolet », « matraque », « gourdin », « tombeau ». Le deuxième rôle thématique concerne le directeur ‘Northon’ présenté comme étant «voleur ». Les figures citées à ce propos sont nombreuses : « argent sale », « millionnaire », « traces », « projet », «faux documents »… un autre rôle a aussi le droit d’être relevé, c’est e religieux qui occupe une grande importance chez Northon (au moins apparemment). Les figures en relation avec ce rôle sont ; « la bible », « Christ », «  verset », « église », « Evangile » et « le tableau mural de sa femme ».

2-    Le carré sémiotique :

Pour plus approfondir dans la construction de notre texte et le donner une représentation logique et ordonnée, nous allons nous servir du carré sémiotique.
De ce que nous avons déjà apporté, il se voit clairement que notre récit est basé sur l’opposition /libre/-/prisonnier/. Une telle isotopie nous permet de construire le carré sémiotique ci-après :

Chapitre deuxième : la composante discursive et Le carré sémiotique 
Le choix du sens des flèches  est expliqué à  la fois logiquement et chronologiquement :

Nous avons choisi de mettre les contraires /libre/-/prisonnier/ qui ont produit leurs contradictoires /non-libre/-/non-prisonnier/. Nous pouvons placer sous la rubrique /libre/ le parcours figuratif du banquier puisque c’est le métier d’Andy avant d’entrer à la prison. La transformation qui a eu lieu dans le récit, à savoir celle de tuer la femme et son amant, donne naissance à la rubrique  /non-libre/ car Andy était entrain d’être jugé et donc il n’était pas libre. Après la condamnation, Andy passe à la troisième rubrique /prisonnier/ qui peut réunir certaines figures comme «  menottes », « cellule », « grille »… etc. Et après , nous remarquons au moment- même de l’évasion qu’une rubrique est apparue, c’est justement celle de /non-prisonnier/ car Andy était entrain de se débarrasser des figures ayant relation avec la prison et il était déjà en dehors de la domination des geôliers.

    Leave a Reply