La concéquence et l’intensité

Apprendre le francais is the place where you can learn how to speak french in short time. Speak French makes you learn french as well as translate from french to english. and Speak french offers you many post concerning Speak French grammar…

La conséquence et l’intensité

■ Avec l’indicatif

• Si (tellement) + adjectif ou adverbe + que
Étienne est si (tellement) gentil que tout le monde l’aime.

  • L’orage est arrivé si (tellement) vite q u ‘il a surpris tout le monde.

! Lorsque l’adverbe est bien, il ne faut pas confondre la construction si (tellement) + bien + que et la conjonction de conséquence si bien que.

  • Claudine sait chanter : elle chante si bien (tellement bien) que tout le monde reste pour l’écouter.
  • Joël ne sait pas chanter mais il insiste pour chanter, si bien que tout le monde s’en va.


• Verbe + tant (tellement) + que (ou : auxiliaire + tant / tellement + participe passé + que)
Vladimir aime tant (tellement) les croissants q u ‘il en achète tous les matins.
Il a tant (tellement) neigé que la circulation est interrompue.

Il ne faut pas confondre la construction tant (tellement) que et la conjonction de temps tant que (aussi longtemps que:

  • Il travaille tant (tellement) q u ‘il est fatigué.
  • Il travaillera tant (aussi longtemps) q u ’il le pourra.


• Tant et tant que, tant et si bien que insistent sur l’intensité.

  • Christine a discuté longuement avec le vendeur, tant et si bien qu’elle a eu une réduction importante.

• Tant (tellement) de + nom + que

  • Frédéric a tant (tellement) de travail en retard qu’il ne peut plus sortir avec ses amis.

Dans certaines expressions comme avoir faim, avoir froid, avoir mal, avoir peur, avoir soif, l’adverbe d’intensité est si (tellement) : Elle a si (tellement) froid qu’elle grelotte.

• Tel (telle, tels, telles) que / tel (telle, tels, telles) + nom + que

  • La difficulté du problème était telle que personne n’a trouvé la solution.
  • Le problème présentait une telle difficulté que personne ne l’a résolu.

Au pluriel, des + tels (telles) de tels (telles) : Les problèmes présentaient de telles difficultés que personne n’a pu les résoudre.

• Au point que, à tel point que

  • La température est tombée brutalement, au point que l’eau du lac a gelé.
  • Le film était triste à tel point que beaucoup de spectateurs pleuraient.

• Lorsque les deux verbes ont le même sujet, au point que + indicatif peut devenir au point de + infinitif :

  •  Le film était triste au point de faire pleurer toute la salle.

•À tel point que et au point que/au pointée peuvent devenir à + infinitif : Le film était triste à pleurer ( à tel point qu’on aurait pu pleurer).

✓ Toutes ces conjonctions sont suivies de l’indicatif, mais le conditionnel est possible si la conséquence est hypothétique : Vincent a si soif qu’il pourrait boire deux litres d’eau.


Avec le subjonctif

► Lorsque le verbe de la proposition principale est à la forme négative ou interrogative, le verbe de la subordonnée est au subjonctif.

  • Le problème était-il si difficile que personne n’ait trouvé la solution ?
  • Il n’a pas tant neigé que la circulation soit interrompue.


► L’impossibilité (ou la possibilité) d’échapper à la conséquence peut s’exprimer par sans que + subjonctif (ou sans + infinitif si les deux verbes ont le même sujet).

  • Le verbe de la principale est généralement à la forme interrogative ou négative.
  • Es-tu capable de faire la vaisselle sans que la moitié des assiettes soient cassées ?
  • Cet acteur est très célèbre. Il ne peut pas sortir dans la rue sans que les gens le reconnaissent. Il ne peut pas sortir sans être abordé par des passants.



Sans que peut être suivi d’un ne explétif: Es-tu capable de faire la vaisselle sans que la moitié des assiettes ne soient cassées ?

► Dans les constructions qui expriment l’intensité et la conséquence, le verbe de la subordonnée introduite par pour que est au subjonctif (si les verbes ont des sujets différents).

• Assez (suffisamment) / trop + adjectif ou adverbe + pour que + subjonctif.

  • Il est trop tard pour qu’on puisse aller au cinéma.
  • Gaël est assez grand pour qu’on lui permette de sortir seul le soir.

• Verbe + assez (suffisamment) / trop + pour que + subjonctif.

  1. Rémi aime assez les animaux pour qu’on lui confie notre chat pendant le week-end.
  2. Il pleut trop pour qu’on sorte maintenant.


• Assez (suffisamment) de / trop de + nom + pour que + subjonctif.

  1. Elisa a suffisamment d’expérience pour qu’on lui confie ce travail.
  2. Il y a trop de bruit pour qu’on puisse s’entendre.


► Si les verbes ont le même sujet, il faut pour + infinitif.

  • Farida est trop jeune pour sortir seule le soir. Elle n’est pas assez grande pour avoir la permission de sortir seule.

► À la forme négative, trop devient trop peu, pas assez ou pas suffisamment.
Elle a trop peu / Elle n’a pas assez (suffisamment) d’expérience pour qu’on lui confie ce travail.

  • Tobias travaille trop peu / Tobias ne travaille pas assez (suffisamment) pour réussir.

Trop peu est impossible devant un adverbe. 11 faut pas assez ou pas suffisamment.

  • Ben ne parle pas assez (pas suffisamment) bien le français pour comprendre une conversation.

Leave a Reply