La Narrativité dans le film : « THE SHAWSHANK REDEMPTION »

Dans le but d’Exposer la sémiotique comme elle est conçue par Greimas et ses collaborateurs, nous avons décomposé notre recherche en deux partie: la première a été consacrée pour présenter la théorie greimassienne et ses méthodes et concepts. Nous avons montré à ce propos que Greimas ne s’intéresse plus au sens-même et à ce que cherche à signifier un langage mais à comment celui-ci signifie, comment le sens se construit. Nous avons expliqué aussi que l’analyse sémiotique se base sur deux niveaux inspirés de la linguistique générative de Chomsky: un niveau de surface où apparaît une série de relations et de transformations, et un niveau profond où interviennent des séries d’oppositions qui produisent le sens. La deuxième partie a été considérée comme la mise en pratique de la théorie sémiotique. Nous avons présenté les schémas narratifs et actantiels manifestés par le sujet “Andy” et son objet “Liberté” et aussi les parcours figuratifs et thématiques et le carré sémiotique.
L’approche sémiotique nous a permis d’enrichir nos connaissances, nos capacités analytiques et de se débarrasser de la vision habituelle qui analyse le sens, le quoi et le qui, et de se focaliser sur la manière dont il est produit dans les différents types de systèmes de signification. C’est effectivement ce qui veut dire que la sémiotique est un style de vie.
Le choix de notre corpus nous a posé quelques difficultés dans la mesure où il est rare de trouver des travaux sémiotiques dans le domaine du cinéma, et d’autre part parce que le film présente deux protagonistes qui ont presque la même importance .cela nous a poussés à penser dans un moment à deux sujets opérateurs.

L’approche sémiotique du Greimas et de l’Ecole de Paris offre un programme théorique qui doit servir certainement à bien comprendre les étapes par lesquelles passe le sens avant de se présenter finalement. Une telle approche des textes narratifs doit être un outil non seulement pour analyser mais aussi pour produire des textes (des récits). Les cinématographes par exemple peuvent en servir pour améliorer leurs travaux et de les donner une construction logique et bien organisée.

Bibliographie

Aucune source spécifiée dans le document actif.
-Courtès, J. : Analyse sémiotique du discours De l’énoncé à l’énonciation, Paris, Hachette, 1991
-Saussure, F. de : Cours de linguistique Générale, Paris, Payot, 1975
-Dubois, J. : Dictionnaire de Linguistique, Paris, Ed. Larousse, 1973
-Genette, G. : Figures II, Ed. Seuil, coll. Points, 1972
-Greimas, A, J. : Sémantique structurale, Ed. Larousse, 1976
 -Greimas, A, J. : Du sens I, Paris, Seuil, 1970
-Greimas, A, J. et Courtès, J. : Sémiotique : Dictionnaire raisonné de la théorie de langage, Paris, Hachette Université, Tome I, 1972
 -Greimas, A.J.et Fontanille, J. : Sémiotique des patients. Des états de choses aux états d’âme, Paris, Seuil, 1991
 -Groupe d’Entrevernes : Analyse sémiotique des textes, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1979
 -Hénault, A. : Narratologie, sémiotique générale II, Ed. PUF, Paris, 1983
-Kristeva, J. : Le langage, cet inconnu, Paris, Ed. Seuil, coll. Point, 1981
 -Millogo, L. : Introduction à la lecture sémiotique, Ed. Harmattan 2007
PETITOT-COCORDA, J. : Morphogenèse du sens, Ed.PUF, coll. Formes sémantiques, Paris, 1985
. -Propp, V. : Morphologie du conte, coll. Points, Paris, 1973
 -Rastier, F. : Essais de Sémiotique Discursive, Ed. Mame, Coll. Univers sémiotique, Paris, 1973.
 -Rey-Debove, J. : Sémiotique, Paris, Ed.PUF, 1979
 -Todorov, T.et Ducrot, O. : Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Ed. Seuil, 1972


Leave a Reply