La Semiotique Greimassienne, Presentation Theorique

Chapitre premier: Structure de surface

LA SEMIOTIQUE GREIMASSIENNE, PRESENTATION THEORIQUE

     I. Narrativité :

Le mot narrativité qui constitue un concept fondamental de l’analyse sémiotique ne vise pas à  désigner la narration, non plus le narratif qui s’oppose au discursif et au descriptif ou argumentatif. La narrativité ne présente pas le récit uniquement, elle peut être trouvée même ailleurs dans la description par exemple ou dans un film… etc. La narrativité en sémiotique consiste en une succession d’états et de transformations dans un récit ou dans un discours ou bien dans le non- verbal comme l’image, la peinture, la cuisine…

    1- Etat et transformation :

1-1 Etat :

Greimas[1] a élaboré un modèle, qui constitue six pôles actantiels, fondé sur trois types de relation : une relation du désir relie Celui qui désir ‘sujet’ et celui qui est désiré ‘objet’.  Cette relation constitue le point nodal de l’énoncé d’état (narratif). Le sujet ‘s’ et l’objet ‘o’ ne sont pas des choses, mais des rôles et des notions qui s’intere définissent.

Il y a deux formes d’énoncés d’état : 
Enoncé d’état disjoint : ‘S’ et ‘O’ sont en relation de disjonction. En prenant  V comme signe de la disjonction, on représente l’énoncé ainsi : (S V O).
Enoncé d’état conjoint : dans ce cas, ‘S’ et ‘O’ sont en relation de conjonction. Ayant pour signe de conjonction Ʌ, l’énoncé se présente de la sorte : (S Ʌ O).

1-2 Transformation :

On parle d’une transformation quand on a un passage d’une forme d’état à une autre. Il est question de deux formes de transformation :
Transformation de conjonction : ici, il y a le passage d’un état de disjonction (S V O) à un état de conjonction (S Ʌ O).
Transformation de disjonction : elle est le passage d’un état de conjonction à un état de disjonction.

 2- Le Programme Narratif :

« Le programme narratif(PN), élaboré par Greimas, est une formule abstraite servant à représenter une action, un faire réside dans la succession temporelle de deux états opposés produite par un agent quelconque (S: sujet de faire). Un état se décompose en un sujet d’état et ‘S₁’ et un objet d’état ‘O’, entre lesquels s’établit une jonction, soit une conjonction (Ʌ : le sujet est avec l’objet), soit une disjonction (V : le sujet est sans l’objet). »[2]
  Le PN se schématise ainsi :
Pour un PN conjonctif :   F] S₂ ==> (S V O) ــــــ >(S Ʌ O) [
Pour un PN disjonctif: F] S₂ ==; (S Ʌ O) ــــــ > (S V O)

   3- Le Sujet Opérateur:

Déjà vu, le programme narrative se réalise par le passage implique l’existence d’une instance, un agent qui l’accomplit. C’est le sujet opérateur. Il ne s’agit plus, ici, d’une chose mais d’un rôle. Ce sujet opérateur s’appelle aussi le sujet du faire. Il se charge à transformer l’état initial disjonction (S V O) ou conjonction (S Ʌ O) d’un sujet d’état ‘S’ et d’un objet ‘O’ en un état final opposé.

Leave a Reply